Savage Eye

Cette chanson est un hommage à Howard Parker, alias « H », un ancien roadie des Pretty Things, mais aussi de Jimi Hendrix et de Frank Zappa, mort noyé lors d’un séjour en Grèce (« now there’s wreckage on some Greek beach »).

Paroles et traduction

Out in the street it’s gently raining,
It’s like dancing on glass.
You and your razor blade assistant
Carved the lies right from the past.

But they offered you such miracles,
You who have been handling straws.
Soon you’re deafened by the decibels.
Then you’re swallowed by the applause.

Give ’em, take ’em, paint a face and I
Live ’em, make ’em, make ’em laugh and cry.

I am waiting here, your memory still holds,
I am waiting here, but I’m growing so cold.

Take what you need,
Give the rest back,
Give it to the drowned man beneath the water,
He was a friend, till they stole him back,
Hope they get, hope he had, what they’re after.

Take what you need.
Give the rest back,
Give it to the drowned man beneath the water,
He was a friend, till they stole him back,
Now he plays all his days with the master.

All the nameless, motherless, helpless,
Crouching figures in the park,
Warm to songs that sing of freedom,
Then with loneliness they dance.
Long ago there was a friendship,
Now there’s wreckage on some Greek beach,
Down at the gate they still remember,
It’s in the diaries they keep.

Take what you need,
Give the rest back,
Give it to the drowned man beneath the water,
He was a friend, till they stole him back,
Hope they get, hope he had, what they’re after.

Take what you need.
Give the rest back,
Give it to the drowned man beneath the water,
He was a friend, till they stole him back,
Now he plays all his days with the master.

Il pleut doucement dans la rue dehors,
C’est comme danser sur du verre.
Avec ton assistante la lame de rasoir
Tu sculptes les souvenirs dans le passé.

Mais ils t’ont offert de tels miracles,
Toi qui n’avais que des fétus de paille dans les mains.
Te voilà bientôt assourdi par les décibels,
Puis tu es englouti par les applaudissements.

Donne, prends, peins un visage et moi je le
Vis, fais, je les fais rire et pleurer.

J’attends ici, ton souvenir reste vivace.
J’attends ici mais j’ai tellement froid.

Prends ce qu’il te faut,
Rends le reste,
Donne-le à l’homme noyé sous les eaux,
C’était un ami jusqu’à ce qu’ils le volent à nouveau,
Espérons qu’ils aient eu, qu’il ait eu, ce qu’ils voulaient.

Prends ce qu’il te faut,
Rends le reste,
Donne-le à l’homme noyé sous les eaux,
C’était un ami jusqu’à ce qu’ils le volent à nouveau,
Maintenant il passe ses journées à jouer avec le maître.

Tous les anonymes, les orphelins, les désespérés,
Silhouettes accroupies dans le parc,
Se réchauffent aux chansons qui parlent de liberté,
Puis dansent avec la solitude.
Il y avait une amitié il y a longtemps,
Maintenant, il y a une épave sur une plage grecque,
Ils s’en souviennent encore à l’entrée,
C’est dans leurs journaux intimes.

Prends ce qu’il te faut,
Rends le reste,
Donne-le à l’homme noyé sous les eaux,
C’était un ami jusqu’à ce qu’ils le volent à nouveau,
Espérons qu’ils aient eu, qu’il ait eu, ce qu’ils voulaient.

Prends ce qu’il te faut,
Rends le reste,
Donne-le à l’homme noyé sous les eaux,
C’était un ami jusqu’à ce qu’ils le volent à nouveau,
Maintenant il passe ses journées à jouer avec le maître.


It’s Been So LongDrowned ManTheme for Michelle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.