What’s Good for the Goose (1969)

Publicité du film What's Good for the Goose.What’s Good for the Goose est une comédie britannique sortie le 13 avril 1969 dans son pays d’origine, et jamais en France à ma connaissance. C’est le premier des deux longs métrages auxquels les Pretty Things ont participé, le second étant Le Club des monstres (1981).

Le film

Timothy Bartlett (Norman Wisdom) travaille comme assistant manager dans une banque. Sa vie suit une routine bien réglée au travail comme à la maison, où il retrouve tous les soirs sa femme Margaret (Sally Bazely) et leurs trois enfants. Tout change lorsque son patron l’envoie à sa place assister à un congrès à Southport, une station balnéaire du Merseyside. Sur le chemin, il prend en stop deux jolies hippies, Nikki (Sally Geeson) et Meg (Sarah Atkinson), qui s’amusent à le faire tourner en bourrique.

Le congrès s’avère parfaitement barbant, et Timothy préfère s’encanailler dans les boîtes de Southport. Dans une discothèque à la mode, le Screaming Apple, il retrouve Nikki et commence à tomber amoureux d’elle, au point d’adopter l’accoutrement et le mode de vie de la jeunesse locale. Il finit par abandonner ses responsabilités pour passer une journée à s’amuser avec Nikki sur la plage et dans un parc d’attractions. Ils finissent au lit dans sa chambre d’hôtel. Mais la jeune fille est volage et ne tarde pas à abandonner l’employé de banque pour un garçon de son âge. En fin de compte, Timothy invite sa femme à le rejoindre pour rallumer la flamme de leur mariage, et tout est bien qui finit bien.

Réalisé par Menahem Golan (un nom qui dira quelque chose aux habitués de Nanarland), What’s Good for the Goose est le dernier film avec Norman Wisdom (1915-2010) en tête d’affiche. Wisdom s’était fait un nom dans une série de comédies où il incarnait un archétype, celui du petit employé tout au bas de l’échelle, gaffeur mais attachant, qui finit toujours par conquérir la fille de ses rêves. Ses films avaient rencontré un grand succès au Royaume-Uni tout au long des années 1950, mais le filon commence à se tarir dans les années 1960, et lorsqu’il tourne ce film, Wisdom a tout du has been complet.

Inutile de préciser que What’s Good for the Goose n’avait aucune chance de relancer sa carrière. C’est une comédie vaguement polissonne et sans grand génie, qui fait trop souvent traîner ses gags au-delà du supportable, et son 5,2/10 de moyenne sur IMDb est très généreux. Certaines séquences pourront arracher un sourire aux plus indulgents, mais dans l’ensemble, le personnage principal est plus embarrassant qu’attendrissant, et la manière dont le film essaye de nous vendre une histoire d’amour entre un homme de 51 ans et une jeune femme de 19 ans est à la limite du glauque. Même quand Timothy retrouve sa femme, difficile de ne pas voir les deux décennies qui séparent Wisdom et Sally Bazely !

La musique

Plutôt que dans son scénario ou ses gags, le principal intérêt du film réside dans les scènes au Screaming Apple, qui sont l’occasion de voir des bandes de jeunes typiques de la fin des années 1960, avec des tenues toutes plus baroques les unes que les autres. La présence des Pretty Things vient parachever cette plongée à l’époque des hippies. Le groupe apparaît en effet en chair et en os (et en couleur !) sur la scène de la boîte de nuit pour mimer trois chansons. Cette comédie nanarde constitue ainsi un document précieux, quasiment unique, pour les fans du groupe, car les enregistrements visuels de la période 1968-1969 ne sont pas si nombreux que ça. Plus anecdotiquement, les cinq membres du groupe apparaissent aussi comme figurants dans une scène de la fin du film, lorsque les amis de Nikki saccagent l’appartement de Timothy (clin d’œil rigolo : on peut lire « S.F. Sorrow » parmi les graffiti sur les murs). Ils sont crédités en tant que « groupe pop » dans le générique de fin.

La bande originale du film fait la part belle aux Pretty Things, bien entendu. Les chansons AlexanderIt’ll Never Be Me et Eagle’s Son servent de trame aux scènes de boîte de nuit, mais leurs versions instrumentales figurent également en fond sonore dans d’autres passages du film. What’s Good for the Goose, écrite spécialement pour le film, ne lui sert étonnamment pas de générique (c’est une autre chanson, dont j’ignore l’interprète, qui a ce privilège), mais elle est utilisée dans une scène vers la fin du film, lorsqu’un des personnages allume la radio. Pour le reste, on trouve beaucoup de musique de fond typique du cinéma bas de gamme de l’époque, avec des violons pour les scènes tristes et des cuivres pour les scènes joyeuses ; les arrangements sont dus à Reg Tilsley, que les fans des Pretty Things connaissent bien pour son travail sur l’album Emotions.