Pochette de l'album Savage Eye.

Savage Eye est le huitième album studio des Pretty Things. Il est sorti en décembre 1975.

Trop de drogues, trop d’engueulades, c’est un groupe en pilote automatique, dont l’identité même semble menacée (Phil May se fait bien discret…) qui enregistre ce disque. Ce n’est guère surprenant qu’il marque la fin de l’aventure Swan Song. Mais qui sommes-nous pour les juger ? Comme ils le disent eux-mêmes :

« and if you lack the understanding of my actions, turn not on me the savage eye »

Historique

Grâce au soutien de Led Zeppelin et Peter Grant, les Pretty Things ont enfin percé sur le marché américain avec Silk Torpedo. Ce n’est pas le succès du siècle, certes : il ne se classe que dans la deuxième moitié du Billboard 200, et aucun des singles qui n’en est tiré ne pointe son nez dans les charts. Néanmoins, le public est au rendez-vous lors des nombreux concerts que le groupe donne aux États-Unis et la pression est forte pour le prochain album.

C’est donc dans les périodes de creux entre deux tournées que les six Pretty Things retournent aux studios Olympic pour enregistrer Savage Eye. Norman Smith est toujours aux manettes, mais le feu couve. Les six musiciens sont fatigués par l’année pleine d’excès qui vient de s’écouler et la cocaïne est devenue la meilleure amie de plusieurs d’entre eux. La tension est palpable sur le disque entre un Phil May très en retrait, voire carrément absent sur plusieurs chansons, et un Gordon Edwards dont les ambitions s’affichent clairement. Même si sa relation de travail fructueuse avec Peter Tolson persiste, May a l’impression de voir l’âme du groupe originel disparaître, et pour lui qui en est le dernier dépositaire, c’est une sensation très déplaisante. En bon professionnel, il se donne encore à fond, mais le cœur n’y est plus vraiment.

À sa sortie, Savage Eye reçoit un accueil semblable à celui de Silk Torpedo de la part de la critique et du grand public, mais pas vraiment meilleur. Les singles qui sont censés le promouvoir coulent sans laisser de traces, et des problèmes d’organisation pourrissent la nouvelle tournée de promotion américaine. Phil May n’en peut plus. Un soir de juin, alors que le groupe doit jouer à Wembley, il est introuvable et les cinq autres, pris au dépourvu, doivent se produire sans lui. Le départ du dernier membre fondateur des Pretty Things est acté peu après. Son groupe ne lui survivra guère.

Titres

Face 1

  1. Under the Volcano (Phil May, Peter Tolson) – 5 min 55 s
  2. My Song (Phil May) – 5 min 7 s
  3. Sad Eye (Peter Tolson) – 4 min 27 s
  4. Remember That Boy (Phil May) – 5 min 1 s

Face 2

  1. It Isn’t Rock ‘n’ Roll (Jon Povey) – 3 min 54 s
  2. I’m Keeping (Phil May) – 3 min 57 s
  3. It’s Been So Long (Phil May) – 5 min 4 s
  4. Drowned Man (Phil May, Jon Povey) – 4 min 23 s
  5. Theme for Michelle (Jon Povey) – 1 min 44 s

Bonus

La plus récente réédition CD de Savage Eye inclut six titres bonus. Deux d’entre eux sont des démos enregistrées par Metropolis, le groupe formé par le quatuor Alan-Edwards-Green-Tolson après le départ de Phil May.

  1. Tonight (Gordon Edwards) – 3 min 5 s
  2. Love Me a Little – 3 min 10 s
    • démo de Metropolis
  3. Dance All Night – 2 min 53 s
    • démo de Metropolis
  4. It Isn’t Rock ‘n’ Roll (Jon Povey) – 3 min 17 s
  5. Sad Eye (Peter Tolson) – 3 min 41 s
    • version abrégée
  6. It Isn’t Rock ‘n’ Roll (Jon Povey) – 3 min 18 s
    • version en mono

La dernière réédition 33 tours de Savage Eye ne reprend pas les titres bonus précédents. En revanche, elle propose sur un CD bonus un concert des Pretty Things aux studios Ultrasonic de Hempstead, dans l’État de New York, en 1975.

  1. Singapore Silk Torpedo (Phil May, Peter Tolson)
  2. Dream / Joey (Phil May, Jon Povey)
  3. Belfast Cowboys / Bruise in the Sky (Phil May, Jon Povey)
  4. It’s Been So Long (Phil May)
  5. Bridge of God (Phil May)
  6. Band Introductions and Interview
  7. Havana Bound (Phil May, Peter Tolson)
  8. Come Home Momma (Phil May)
  9. It Isn’t Rock ‘n’ Roll (Phil May)
  10. Rosalyn (Jimmy Duncan, Bill Farley)
  11. Route 66 (Bobby Troup)

Participants

  • Skip Alan : batterie
  • Gordon Edwards : chant, claviers, guitares
  • Jack Green : chant, basse, guitare acoustique
  • Phil May : chant
  • Jon Povey : claviers électriques, clavecin, chant
  • Peter Tolson : guitares électriques, guitare acoustique, chant
  • Norman Smith : producteur, saxophone
  • Keith Harwood : ingénieur du son
  • Sleepy Ben King : bobines électriques
  • Jeremy Gee : assistant bobines électriques
  • Graham : équipement
  • Hipgnosis : conception et photographie de pochette

Principales éditions

  • 1975 : 33 tours, Royaume-Uni, Swan Song SSK 59401
  • 1975 : 33 tours, États-Unis, Swan Song SS 8414
  • 1998 : CD, Royaume-Uni, Snapper SMMCD 560
  • 2000 : CD, Royaume-Uni, Snapper SDPCD 113 (édition limitée)
  • 2002 : CD, Allemagne, Repertoire REP 4934
  • 2015 : CD, Allemagne, Repertoire REPUK 1271
  • 2019 : 33 tours + CD, Allemagne, Repertoire V 177 / REP 2282 (édition limitée)

Classements

Savage Eye est le deuxième et dernier album des Pretty Things à avoir figuré dans le Billboard 200, le classement hebdomadaire des 200 albums les plus vendus aux États-Unis établi par le magazine Billboard. Sa meilleure position a été la 163e place, lors de sa dernière semaine de présence. Dans le classement concurrent établi par CashboxSavage Eye réalise une performance légèrement meilleure en atteignant la 117e place.

Évolution du classement de Savage Eye dans les charts américains.
DateBillboardCashbox
14 février 1976182
21 février 1976182165
28 février 1976172152
6 mars 1976172123
13 mars 1976169120
20 mars 1976165118
27 mars 1976163117
3 avril 1976130
10 avril 1976193

← Album précédent : Silk Torpedo

Album suivant : Cross Talk

Cet article a 2 commentaires

  1. jerome

    votre blog est passionant pourriez vous traduire les chansons de l album savage eye

    1. Julien Brice Mansencal

      Bonjour et merci pour ce commentaire ! Je crois que c’est la première fois qu’on me demande spécifiquement de faire quelque chose pour le site. ^_^ Comme je viens de finir la traduction des 31 Days of May de Mike Stax, ça pourra être ma prochaine tâche, oui. Ça viendra très bientôt, promis !

Répondre à Julien Brice Mansencal Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.