Greenwood Tree

Pochette de l'album The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course...).

Aux premières notes de ce titre, on pourrait presque croire que le disque est rayé et qu’on est revenu sur Renaissance Fair… mais il n’en est rien. C’est le prélude à une jam tranquille entre les quatre musiciens du groupe, avec comme point d’orgue un solo de batterie de la part du jeune Jack Greenwood (d’où le titre). L’exercice est toujours un peu vain, mais heureusement, il ne s’éternise pas ici, et on retrouve bientôt guitare, basse et claviers pour une conclusion énergique.


Dark DaysGreenwood TreeHell, Here and Nowhere

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.