Ressources

Les ressources sur les Pretty Things ne sont pas pléthore, mais elles existent ! En voici les références si vous voulez aller plus loin.

Pour commencer, il y a bien sûr les livrets des albums réédités chez Repertoire Records. Leur intérêt varie pas mal selon leur auteur, et ils tombent régulièrement dans la dithyrambe pure et dure, mais ils offrent beaucoup d’informations intéressantes.

Les livres consacrés aux Pretty Things ne sont hélas guère nombreux :

  • Richie Unterberger, Urban Spacemen & Wayfaring Strangers: Overlooked Innovators and Eccentric Visionaries of ’60s Rock, 2000. Ce livre sur les musiciens oubliés des années 1960 comprend un chapitre dédié aux Pretty Things.
  • Alan Lakey, The Pretty Things: Growing Old Disgracefully, Firefly Publishing, 2004. La première biographie du groupe, difficilement trouvable aujourd’hui. Une réédition est annoncée depuis longtemps…
  • Mike Stax, Andy Neill et John Baker, Don’t Bring Me Down… Under, UT Publishing, 2006. Une chronique très détaillée de la tournée néo-zélandaise de 1965, abondamment illustrée.
  • Didier Delinotte, Les Pretty Things : une institution !, Camion Blanc, 2015. La première biographie du groupe en français. Facile à dénicher, mais quel dommage qu’elle soit bourrée de fautes d’orthographe et d’erreurs de fond ! J’ai compilé toutes celles que j’ai pu trouver sur cette page.

Même du côté d’Internet, ça ne va pas chercher loin. C’est d’ailleurs l’une des causes de la création de Defecting Grey !

    • theprettythings.com, le site officiel des PT.
    • Ils ont aussi une page sur le site du label Repertoire Records.
    • Et comme tout le monde, une page Facebook officielle.
    • pretties.de doit être l’un des plus vieux sites consacrés aux PT encore vivant. Sa propre liste de liens externes ressemble à un cimetière. La Wayback Machine vous permettra peut-être d’exhumer quelques corps…
    • Les grandes bases de données musicales Discogs, MusicBrainz et RateYourMusic recensent de manière extensive la discographie des PT. Utile pour les collectionneurs.
    • Last.fm est sans doute le moyen le plus rapide d’entrer en contact avec d’autres fans. Quelques-uns, dont votre serviteur, fréquentent aussi SensCritique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *