Résurrection (1998-2018)

Pochette de l'album Resurrection.

Le 6 septembre 1998, les studios Abbey Road sont le théâtre d’un anniversaire exceptionnel. Pour célébrer les quarante ans de S. F. Sorrow et préparer sa réédition chez Snapper Records, les Pretty Things donnent un concert unique devant un public trié sur le volet, amis et famille principalement. La formation de la grande époque est au complet : Phil May, Dick Taylor, Wally Waller, Jon Povey et Skip Alan sont tous là, tous tirés à quatre épingles, épaulés par Frank Holland à la deuxième guitare et Dov Skipper (le fils de Skip Alan) aux percussions, sans oublier évidemment Mark St. John. Quelques invités de marque sont aussi au rendez-vous : Arthur Brown se charge de réciter les interludes narratifs entre les chansons, tandis que David Gilmour vient poser quelques nappes de guitare sur plusieurs titres. Cette performance exceptionnelle est diffusée en direct sur Internet, une première, même si les débits médiocres de la fin des années 1990 ne permettent guère aux fans d’en profiter. Cette soirée mémorable est immortalisée par l’album live Resurrection et la vidéo S. F. Sorrow Live at Abbey Road.

Pochette de l'album Rage Before Beauty.

L’année suivante apparaît Rage Before Beauty, le premier véritable album studio des Pretty Things en près de vingt ans. Sa conception a été longue et difficile. Certains enregistrements remontent à 1981, on retrouve également la reprise de Eve of Destruction de 1989 dessus, mais la plupart des chansons sont inédites et prouvent que le groupe a toujours quelque chose à dire. D’après la légende, Skip Alan aurait proposé de baptiser l’album Fuck Oasis and Fuck You, une suggestion qui n’a étonnamment pas été retenue.

Revitalisés, les Pretty Things donnent de nombreux concerts en Europe et aux États-Unis dans les années qui suivent, devant un public où les vieux de la vieille cohabitent désormais avec une nouvelle génération qui a découvert le groupe à la faveur des rééditions CD. La fatigue commence cependant à se faire sentir pour Skip Alan, qui arrête la scène fin 2001. Pour le remplacer derrière les fûts, c’est Mark St John ou parfois Jon Povey qui s’y collent.

Pochette de l'album Balboa Island.

Le successeur de Rage Before Beauty se fait longtemps attendre. En fin de compte, c’est en revenant à leurs racines les plus profondes que les Pretty Things parviennent à accoucher de Balboa Island en 2007. C’est un disque aussi sombre et dépouillé que sa pochette. La voix vieillie de Phil May s’accorde à merveille à la noirceur de titres comme (Blues for) Robert Johnson, un hommage torturé à la figure légendaire de l’histoire du blues, ou bien la reprise de Ballad of Hollis Brown de Bob Dylan.

Pochette de l'album Live at the 100 Club.

Les Pretty Things prennent un nouveau départ après la sortie de Balboa Island. Jon Povey et Wally Waller prennent leurs distances, principalement à cause de leurs relations tendues avec Mark St John, et le groupe accueille deux jeunes musiciens, Jack Greenwood à la batterie et George Woosey à la basse. Privée de claviériste, cette nouvelle formation propose un son plus sec et brut qui rappelle davantage les années glorieuses des petites salles londoniennes. Comme pour boucler la boucle, les Pretties donnent un concert exceptionnel au 100 Club en décembre 2010, durant lequel ils interprètent en intégralité leur premier album. Ce concert très nostalgique est édité quelques années plus tard sous le titre Live at the 100 Club.

Pochette de l'album The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course...).

Après une petite alerte concernant la santé de Phil May courant 2014, 2015 voit la sortie du douzième album studio des Pretty Things, The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course…) Sous ce titre à rallonge et sa pochette colorée signée Phil May se cachent dix nouvelles chansons, dont deux reprises. Si Balboa Island était placé sous le signe du rhythm and blues, ce nouvel album lorgne davantage du côté du psychédélisme de l’époque S. F. Sorrow. Il y a même du mellotron !

Et puis, le 13 décembre 2018, les Pretty Things donnent leur dernier concert électrique à Londres. Pour l’occasion, plein de vieux camarades les rejoignent sur scène, comme Jon Povey, Wally Waller et Skip Alan, mais aussi David Gilmour ou Van Morrison. Cette fois-ci, l’histoire semble avoir trouvé son point final, même s’il se dit qu’un nouvel album studio serait dans les tuyaux… À voir. Dans tous les cas, restera un catalogue exceptionnel et des souvenirs à revendre. The beat goes on.

3 Replies to “Résurrection (1998-2018)”

  1. Génial et à lire leur histoire, j’en ai eu les larmes aux yeux, je suis évidemment un fan des Pretty mais par rapport à toi !!!

    J’ai vu les Pretty à Bruxelles, au Théâtre 140 .. en octobre 1972, avec le Variations en guest .. soirée d’anthologie.

    Puis, ayant repris la route des concerts, j’ai revu 2 fois les Pretty, en 2009 et 2010, et là, je me fous toujours des baffes, car après le concert de 2010, Phil May a été respirer l’air du dehors et il était à 1 mètre de moi .. j’ai pas osé l’importuner , mais-je bien fait ?

    J’aurais dû lui arracher sa chemise :-)) ..

    Les 2 derniers concerts étaient au Spirit of 66 à Verviers, toujours en Belgique.

    Encore un grand bravo pour l’écriture :-)))

    1. Content d’avoir fait remonter des souvenirs ! Je regrette moi aussi de ne pas avoir eu l’occasion de papoter avec les membres du groupe les deux fois où j’ai eu l’occasion de les voir, mais je me dis que je n’aurais pas eu grand-chose à leur raconter. Et arracher leurs chemises, à leurs âges, est-ce bien raisonnable… ? 🙂

  2. Skip allan as ceder sa place a mark st john et a jhon povey a partir d’avril 2001.

    suite a un probleme cardiaque (une attaque si ma memoire est bonne).

    le premier concert donner par le groupe avec St john aux baguette est le concert de gonfreville l’orchet (dispo en bootleg).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.