I Can Never Say (EP français)

I Can Never Say est le deuxième EP français des Pretty Things. Il est sorti en 1965 sur le label Fontana.

Contrairement au précédent, Don’t Bring Me Down, c’est un EP qui n’a pas vraiment d’équivalent dans la discographie britannique du groupe. Il reprend sur sa première face les deux chansons de leur troisième 45 tours, Honey I Need / I Can Never Say, tandis que sa deuxième face présente deux chansons sorties outre-Manche sur l’EP Fontana 465 280 TE.

Et comme on est en France, ce n’est pas The Pretty Things, mais Les Pretty Things. Non mais !

Comme les autres EP français du groupe, Progress a été réédité en 2017 en édition limitée dans le coffret The French EPs 1964–69.

Titres

Face 1

  1. I Can Never Say (Phil May, Brian Pendleton, Viv Prince, John Stax, Dick Taylor) – 2 min 35 s
  2. Honey, I Need (Dick Taylor, John Warburton, Peter Smith) – 2 min

Face 2

  1. Rainin’ in My Heart (Jerry West, James Moore) – 2 min 27 s
  2. Sittin’ All Alone (Phil May, Ian Stirling, Dick Taylor) – 2 min 45 s

Éditions

  • 1965 : 45 tours, France, Fontana 465.296 ME

Sittin’ All Alone

Midnight to Six Man

Pochette du single Midnight to Six Man / Can't Stand the Pain.

Get a Buzz

Pochette du single Cry to Me / Get a Buzz.

I Can Never Say

Pochette du single Honey, I Need / I Can Never Say.

Don’t Lie to Me

Pochette de l'album The Pretty Things.

Bien qu’il soit crédité à Chuck Berry dans le livret de l’album, ce blues est en réalité une composition de Hudson Whittaker, plus connu sous le pseudonyme de Tampa Red, publiée en 78 tours en 1940 sous le titre Don’t You Lie to Me. Sa reprise par Chuck Berry, sortie en 1961 sur l’album New Juke Box Hits, a certainement contribué à populariser cette chanson, ainsi que l’idée erronnée que c’est lui qui l’a écrite.

Elle fait partie de ces chansons interprétées à la fois par les Pretty Things et les Rolling Stones. La version de la bande à Mick et Keith, enregistrée en 1964, n’a vu le jour qu’en 1975 sur la compilation Metamorphosis.