Remember That Boy

Savage Eye

Ce titre aux paroles très allusives et fracturées décrit les épaves des Sixties, ceux dont le cerveau n’a pas survécu aux psychotropes comme le LSD : « You’re lysergically removed from what you were ». On pensera à des gens comme Syd Barrett, le diamant fou des Pink Floyd.

Sad Eye

Savage Eye

Bien qu’elle soit créditée à Peter Tolson, cette douce ballade est en réalité l’œuvre de Jack Green. Plusieurs des chansons de l’album Savage Eye sont ainsi attribuées à des membres historiques du groupe plutôt qu’à des nouveaux venus, une situation qui ne fait rien pour apaiser les tensions.

My Song

Savage Eye
  • Auteurs : Phil May
  • Album : Savage Eye (1975)
  • Durée : 5 min 7 s
  • Éditeur : Sole Survivors Music

Bien qu’elle soit créditée à Phil May, cette chanson est en réalité l’œuvre de Gordon Edwards. Plusieurs des chansons de l’album Savage Eye sont ainsi attribuées à des membres historiques du groupe plutôt qu’à des nouveaux venus, une situation qui n’apaise guère les tensions.

Under the Volcano

Savage Eye

Pour écrire cette chanson, Phil May s’est inspiré du célèbre roman éponyme de l’écrivain britannique Malcolm Lowry, paru en 1947 et traduit en français sous le titre Au-dessous du volcan.

Dès le premier vers, « sweet bird of youth » semble faire référence à la pièce éponyme de Tennessee Williams (Doux oiseau de jeunesse en français), publiée en 1959 et adaptée au cinéma trois ans plus tard avec Paul Newman et Geraldine Page en têtes d’affiche.

En revanche, les allusions à Chuck Berry et Maggie Bell des derniers couplets, ça ne peut être que du Phil May tout craché.

1975

Janvier

  • Phil May se marie avec Electra Stuart, fille du sculpteur d’origine croate Oscar Nemon.
  • 6 janvier. Diffusion de l’émission de John Peel BBC Live in Concert enregistrée le 17 décembre 1974.
  • 23 janvier. Passage dans l’émission de télévision britannique 45. Les Pretty Things interprètent Is It Only Love.
    • Source : Channelling the Beat!, p. 529.

Février

  • 15 février. Concert au Kursaal de Southend-on-Sea (Angleterre).

Mars

  • 1er mars. Concert au Capitol Theatre de Passaic (New Jersey) en première partie de Strawbs.
  • 2 mars. Concert au Beacon Theatre de New York (États-Unis) en première partie de Strawbs.
  • 2 mars.  Les Pretty Things assistent au concert de Leo Sayer et Hall & Oates au Bottom Line de New York.
    • Source : entrefilet dans Cash Box du 15 mars 1975.
  • 6 mars. Concert à la Scottish Rite Cathedral de Philadelphie (Pennsylvanie) en première partie de Strawbs.
  • 10 mars. Concert aux studios Ultrasonic de Hempstead (New York).
  • 13 mars. Concert à l’Onondaga War Memorial Auditorium de Syracuse (New York) avec Grand Funk Railroad.
  • 14 mars. Concert aux studios Trod Nossel de Wallingford (Connecticut).
  • 15 mars. Concert au Carnegie Hall de Philadelphie (Pennsylvanie).
  • 18 mars. Concert à l’Agora de Cleveland (Ohio).
  • 21 mars. Concert au Michigan Palace de Detroit (Michigan) avec le Sensational Alex Harvey Band.
  • 26 mars.  Concert au Shrine Auditorium de Los Angeles (Californie). Après le concert, une fête organisée par Led Zeppelin en l’honneur des Pretty Things prend place à l’hôtel Hyatt Regency. Le clou du spectacle : une torpille de plus de 200 kilos sculptée dans un bloc de glace !
  • 27 mars. Concert au Golden Hall de San Diego (Californie).
  • 28 mars. Concert au Memorial Auditorium de Sacramento (Californie).
  • 29 mars. Concert au Winterland de San Francisco (Californie) avec Blue Öyster Cult et REO Speedwagon.

Avril

Pochette du 45 tours Joey / Come Home Momma.

Mai

  • 8 mai – 6 juin. Tournée britannique en première partie de Status Quo.
    • 8 mai. Concert au De Montfort Hall de Leicester (Angleterre).
    • 9 mai. Concert au De Montfort Hall de Leicester (Angleterre).
    • 12 mai. Concert au City Hall de Newcastle (Angleterre).
    • 13 mai. Concert au City Hall de Newcastle (Angleterre).
    • 15 mai. Concert à l’Apollo Theatre de Glasgow (Écosse).
    • 16 mai. Concert à l’Apollo Theatre de Glasgow (Écosse).
    • 17 mai. Concert à l’Apollo Theatre de Glasgow (Écosse).
    • 19 mai. Concert au Gaumont d’Ipswich (Angleterre).
    • 20 mai. Concert au Gaumont d’Ipswich (Angleterre).
    • 22 mai. Concert au Gaumont de Southampton (Angleterre).
    • 23 mai. Concert au Gaumont de Southampton (Angleterre).
    • 24 mai. Concert au Belle Vue de Manchester (Angleterre).

Juin

Matrice du 45 tours I'm Keeping… Atlanta.
  • Suite de la tournée :
    • 5 juin. Concert à l’Empire Pool de Wembley (Angleterre).
    • 6 juin. Concert à l’Empire Pool de Wembley (Angleterre).
  • 13 juin. Sortie du single I’m Keepin’… / Atlanta.
  • 15 juin.  Concert au Roundhouse Chalk Farm de Londres.

Juillet

  • 17 juillet.  Les Pretty Things passent pour la dernière fois dans les Peel Sessions. Ils enregistrent les chansons Belfast Cowboys / Bruise in the SkyBig CityDream / Joey et Not Only but Also. À l’exception de Dream / Joey, ces chansons ont paru sur l’album The BBC Sessions.
  • 24 juillet. Diffusion de l’émission BBC in Concert enregistrée le 17.

Août

  • 23-24 août. Les Pretty Things sont censés se produire à l’Oakland Stadium d’Oakland (Californie) avec Led Zeppelin et Joe Walsh, mais Robert Plant est victime d’un accident de voiture en Grèce qui entraîne l’annulation des deux concerts.

Novembre

Pochette de l'album Greatest Hits 1964-1967.
  • Sortie de la double compilation Greatest Hits 1964-1967.
  • 14 novembre. L’émission de NBC The Midnight Special diffuse une interview de Robert Plant enregistrée le 30 mars. Phil May est présent sur le plateau aux côtés du chanteur de Led Zeppelin.
  • 27 novembre.  Concert au Lantaren de Rotterdam (Pays-Bas).
  • 28 novembre. Concert au Maaslandcentrum d’Elsloo (Pays-Bas).

Décembre

  • Sortie de l’album Savage Eye.
  • 26 décembre. Concert au Holstenhalle de Neumünster (Allemagne de l’Ouest) avec Nektar, Kraan, Curved Air, Trace et Golden Earring.
  • 27 décembre. Concert au Niedersachsenhalle de Hanovre (Allemagne de l’Ouest) avec Nektar, Kraan, Curved Air, Trace et Golden Earring.
  • 28 décembre. Concert au Rhein-Neckarhalle de Heidelberg (Allemagne de l’Ouest) avec Nektar, Kraan, Curved Air, Trace et Golden Earring.
  • 30 décembre. Concert au Roxy de Berlin (Allemagne de l’Ouest).

← 1974 · 1975 · 1976 →

Savage Eye (1975)

Pochette de l'album Savage Eye.

Savage Eye est le huitième album studio des Pretty Things. Il est sorti en décembre 1975.

Trop de drogues, trop d’engueulades, c’est un groupe en pilote automatique, dont l’identité même semble menacée (Phil May se fait bien discret…) qui enregistre ce disque. Ce n’est guère surprenant qu’il marque la fin de l’aventure Swan Song. Mais qui sommes-nous pour les juger ? Comme ils le disent eux-mêmes :

« and if you lack the understanding of my actions, turn not on me the savage eye »

Historique

Grâce au soutien de Led Zeppelin et Peter Grant, les Pretty Things ont enfin percé sur le marché américain avec Silk Torpedo. Ce n’est pas le succès du siècle, certes : il ne se classe que dans la deuxième moitié du Billboard 200, et aucun des singles qui n’en est tiré ne pointe son nez dans les charts. Néanmoins, le public est au rendez-vous lors des nombreux concerts que le groupe donne aux États-Unis et la pression est forte pour le prochain album.

C’est donc dans les périodes de creux entre deux tournées que les six Pretty Things retournent aux studios Olympic pour enregistrer Savage Eye. Norman Smith est toujours aux manettes, mais le feu couve. Les six musiciens sont fatigués par l’année pleine d’excès qui vient de s’écouler et la cocaïne est devenue la meilleure amie de plusieurs d’entre eux. La tension est palpable sur le disque entre un Phil May très en retrait, voire carrément absent sur plusieurs chansons, et un Gordon Edwards dont les ambitions s’affichent clairement. Même si sa relation de travail fructueuse avec Peter Tolson persiste, May a l’impression de voir l’âme du groupe originel disparaître, et pour lui qui en est le dernier dépositaire, c’est une sensation très déplaisante. En bon professionnel, il se donne encore à fond, mais le cœur n’y est plus vraiment.

À sa sortie, Savage Eye reçoit un accueil semblable à celui de Silk Torpedo de la part de la critique et du grand public, mais pas vraiment meilleur. Les singles qui sont censés le promouvoir coulent sans laisser de traces, et des problèmes d’organisation pourrissent la nouvelle tournée de promotion américaine. Phil May n’en peut plus. Un soir de juin, alors que le groupe doit jouer à Wembley, il est introuvable et les cinq autres, pris au dépourvu, doivent se produire sans lui. Le départ du dernier membre fondateur des Pretty Things est acté peu après. Son groupe ne lui survivra guère.