Archives par mot-clé : 2015

It’s All Over Now, Baby Blue

Pochette du coffret Bouquets from a Cloudy Sky.

Balboa Island comprenait déjà une reprise de Bob Dylan, en l’occurrence The Ballad of Hollis Brown. C’est peut-être pour cette raison que cette reprise dépouillée de It’s All Over Now, Baby Blue, avec seulement une guitare acoustique pour accompagner la voix de Phil May, a été laissée de côté au moment de la publication de l’album, en 2007. Elle figure néanmoins en titre bonus de sa réédition de 2015.
Continuer la lecture

Live at Rockpalast (2015)

Pochette de l'album Live at Rockpalast.Live at Rockpalast est une compilation audio et vidéo des Pretty Things sortie en 2015.

Composée de deux DVD et un CD, elle réunit trois passages du groupe dans la vénérable émission de télévision allemande Rockpalast. Le concert du 19 décembre 1998 au Philipshalle de Düsseldorf, en première partie de Van Morrison, est illustré au format CD et DVD. Le second DVD reprend deux concerts donnés dans le cadre du Crossroads Festival à l’Harmonie de Bonn, le 8 octobre 2004 et le 19 octobre 2007. Les deux DVD durent environ une heure et incluent en bonus des interviews du groupe, l’une de 1998 et l’autre de 2007.

Le concert de 1998 a également été édité en vinyle sous le même titre et avec la même pochette en 2016. Continuer la lecture

Bouquets from a Cloudy Sky (2015)

Pochette du coffret Bouquets from a Cloudy Sky.Bouquets from a Cloudy Sky est un coffret sorti en février 2015.

Cet objet massif commémore le cinquantième anniversaire des Pretty Things. Son contenu inclut :

  • les 11 albums studio du groupe sortis à ce stade, avec leurs bonus ;
  • Rarities, 2 CD de titres et enregistrements obscurs, voire inédits pour certains ;
  • le DVD du documentaire Midnight to Six 1965-1970, qui inclut également les clips de Rosalyn et Eve of Destruction, ainsi que le court-métrage de 1965 On Film ;
  • le DVD du concert S.F. Sorrow Live at Abbey Road ;
  • un vinyle 25 cm (10″) de démos et acétates ;
  • un livre de 100 pages abondamment illustré dans lequel Mike Stax retrace l’histoire du groupe ;
  • deux posters ;
  • une enveloppe de documents juridiques liés aux affaires ayant opposé les Pretties à EMI dans les années 1990 ;
  • une reproduction d’un dessin de Phil May, celui qui orne la pochette de The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course…). L’original dédicacé se trouve dans un des coffrets, choisi au hasard.

Continuer la lecture

In the Soukh

Pochette de l'album The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course...).

Avec un titre pareil, on serait en droit d’attendre une chanson très orientalisante, et elle l’est… mais pas tant que ça. Les chœurs qui harmonisent peuvent évoquer l’appel du muezzin, mais le groupe ne fait pas appel à des instruments exotiques, et dès les premières notes, difficile de s’y méprendre : la rythmique, c’est du pur Bo Diddley beat ! Drôle de fusion, mais venant de Dick Taylor, ce n’est pas si surprenant que ça. Continuer la lecture

Hell, Here and Nowhere

Pochette de l'album The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course...).

C’est la première composition des Pretty Things signée par leur nouveau bassiste seul, et ça se sent : difficile d’y sentir la patte du groupe, moi elle me fait plutôt penser à du Stephen Stills. Mais ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose ! Continuer la lecture

Greenwood Tree

Pochette de l'album The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course...).

Aux premières notes de ce titre, on pourrait presque croire que le disque est rayé et qu’on est revenu sur Renaissance Fair… mais il n’en est rien. C’est le prélude à une jam tranquille entre les quatre musiciens du groupe, avec comme point d’orgue un solo de batterie de la part du jeune Jack Greenwood (d’où le titre). L’exercice est toujours un peu vain, mais heureusement, il ne s’éternise pas ici, et on retrouve bientôt guitare, basse et claviers pour une conclusion énergique.

The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course…)

The Same Sun · And I Do · Renaissance Fair · You Took Me by Surprise · Turn My Head · Dark Days · Greenwood Tree · Hell, Here and Nowhere · In the Soukh · Dirty Song

Dark Days

Pochette de l'album The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course...).

Tout concourt à faire de cette chanson l’un des hérauts de l’Apocalypse : cet orgue menaçant, les paroles qui convoquent toutes sortes de désastres naturels pour traduire l’angoisse du narrateur… Le résultat n’est pas forcément très convaincant. On se retrouve sur du terrain déjà battu en brèche par le groupe sur Rage Before Beauty avec la reprise d’Eve of Destruction et le tandem Goodbye, Goodbye / Goin’ Downhill. Continuer la lecture

Turn My Head

Pochette de l'album The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course...).

Le voyage nostalgique se poursuit. Après avoir repris les Byrds et les Seeds, les Pretty Things se reprennent eux-mêmes ; ou plutôt, les Pretties ’15 reprennent les Pretties ’67. En effet, comme le suggère la présence de Wally Waller parmi ses auteurs, Turn My Head est en fait une vieille composition des années 60, qui n’avait trouvé de place ni sur S.F. Sorrow, ni sur les 45 tours de l’époque, ni même sur les albums d’Electric Banana. Elle n’était pas pour autant inédite, puisqu’une version enregistrée le 3 décembre 1967 pour l’émission de la BBC Top Gear avait vu le jour sur The BBC Sessions en 2002. Continuer la lecture